Charte de confidentialité


Nous utilisons le service reCAPTCHA de Google Inc. (Google) pour protéger les entrées des formulaires sur votre site. Ce service est utilisé pour différencier les entrées faites par un être humain des abus automatisés. Cela implique l'envoi de l'adresse IP et éventuellement d'autres données requises par Google pour le service reCAPTCHA. À cette fin, vos données seront communiquées à Google et utilisées par leurs services. Toutefois, votre adresse IP sera préalablement raccourcie par Google dans les États membres de l'Union européenne - ou dans d'autres États qui font partie de l'accord sur l'Espace économique européen - et sera ainsi anonyme. Dans certains cas exceptionnels, votre adresse IP complète sera transmise à un serveur de Google aux États-Unis et raccourcie ensuite. Au nom de l'exploitant de ce site web, Google utilisera ces informations pour évaluer votre utilisation de ce service. L'adresse IP fournie par reCAPTCHA par votre navigateur ne sera pas fusionnée avec d'autres données de Google. Cette collection des données est sujette à la Charte de confidentialité de Google. Pour plus d'informations concernant la politique de confidentialité de Google, rendez-vous sur la page : https://www.google.com/intl/fr/policies/privacy/
En utilisant le service reCAPTCHA, vous consentez au traitement des données vous concernant par Google, de la manière et aux fins énoncées ci-dessus.


Assia Djebar au Cercle juin 2007
Assia Djebar au Cercle juin 2007
Livre. 22 € (voir rubrique publications)
Livre. 22 € (voir rubrique publications)

 

  

«La littérature d’Assia Djebar est semblable à

la fontaine

 

où l’on s’altère, quand les idées s’assèchent.

 

à la  respiration, lorsque la pensée s’essouffle.

 

Ou à une voix, quand la sienne devient silence.

 

A un élan, quand le corpsest pris de remords.

 

A une mémoire, pour convoquer les souvenirs.

 

A l’Histoire, quand on refuse la censure.

 

A une perspective, dans un présent obscure.

 

Mais d’abord à une écriture d’art,

quand l’oralité devient simple palabre.»

 

Amel Chaouati

01 mai 2008